A normal lost phone est une expérience mobile très immersive

Les façons de raconter une histoire n’ont jamais été plus variées qu’aujourd’hui ; à un point que la limite est de plus en plus fragile entre différents médias. Ces expériences, plus ou moins récentes, semblent toutes avoir un point commun : rendre le récit toujours plus immersif. Sur PC et sur Play Station 4, il est possible d’enfiler un casque pour profiter des privilèges de la réalité virtuelle. Netflix vient de lancer un épisode de Black Mirror entièrement interactif : Bandersnatch. Les jeux mobiles ont eux aussi la part belle. Je n’ai jamais été particulièrement attiré par les jeux mobiles. Même si j’en ai testé quelques uns, comme Pokémon Go, je me suis assez vite lassé. Mais ma route a fini par croiser celle de A normal lost phone. (A vrai dire, je remercie Anthony, du blog La tentation culturelle, de me l’avoir fait découvrir).

Un concept novateur

Il faut préciser que le jeu se démarque de nombre de ses confrères sur mobile. Il est doté d’un début et d’une fin bien définie. La durée de vie est relativement courte, et le jeu peut être fait d’un trait. De plus, l’interface du jeu est celle d’un mobile fictif, ce qui rend l’expérience particulièrement immersive.
Ce jeu développé par Accidental Queens, en 2016, profite grandement des deux points que je viens d’évoquer. J’ai été étonnamment happé par l’histoire, et il aurait été hors de question d’y jouer sur un autre support, bien que je possède depuis peu une Nintendo Switch.

Le jeu consiste à découvrir l’interface d’un téléphone portable abandonné que l’on vient de trouver. La liste des applications fictives est assez complète dans la mesure où le téléphone dispose d’un lecteur de musique rempli, d’une calculatrice, d’un navigateur internet, d’une boîte email, d’une galerie d’images, des sms, et même de la météo ou d’un calendrier. Les premiers messages que l’on reçoit nous permettent de comprendre que le portable appartenait à un jeune homme appelé Sam, dont le père s’inquiète de la disparition. Contrairement à ce que les images laissent penser, le jeu est entièrement traduit en français.

Lire et réfléchir… en s’amusant !

Bien que ces messages soient mystérieux, on réalise très vite que le jeu porte bien son nom. Le téléphone semble appartenir à un jeune homme tout à fait banal. Les multiples conversations par sms qui y sont enregistrées sont criantes de réalisme. Cette normalité rend d’ores et déjà le jeu troublant. Après tout, le joueur est tout de suite positionné comme un voyeur, ce qui, peut-être, ne séduira pas tout le monde.
De plus, il est difficile de ne pas s’identifier à Sam. Chaque personnage a son propre style, lorsqu’il écrit à Sam. Certaines conversations sont attendrissantes, d’autres formelles, et d’autres déchirantes. Et je pense autant aux relations rompues qu’aux personnes qui ne donnent simplement plus de nouvelles, sans signe avant coureur.

J’ai été assez déstabilisé lorsque je me suis retrouvé face à ce téléphone fictif. Je n’avais jamais fait un seul jeu de ce genre, auparavant. On finit par réaliser que cela ressemble à s’y méprendre, à un jeu de piste. Après avoir lu les sms, je ne peux plus rien faire. Soit. La boite mail et d’autres applications sont inaccessibles. Pourquoi ? Parce que ce téléphone portable n’est pas relié à internet ! Mais comment le connecter ? Il doit y avoir un mot de passe glissé quelque part. Et il faudra plusieurs fois se triturer les méninges pour avoir accès à des informations de plus en plus cachées, et forcément, de plus en plus confidentielles et surprenantes sur Sam.

La position inhabituelle du joueur

Une fois encore, il peut sembler amoral que nous soyons positionnés comme des voyeurs. Cela me semble toutefois être un mal pour un bien, tant le jeu est réaliste et immersif. De plus, cela nous sensibilise à la sécurité de nos propre comptes. Cela coupe quelque peu l’envie d’utiliser des mots de passe trop évidents à deviner !
Et puis, il semble évident que le jeu ne nous encourage pas à juger Sam, ni à lui nuire. Au contraire, il est difficile de ne pas s’attacher et de ne pas s’identifier à lui. On se questionne, voire on s’inquiète, en apprenant qu’il a disparu. On veut connaître le fin mot de l’histoire.

Le gameplay peut sembler, à tort, très limité et peu ludique, dans la mesure où il s’agit de 80% de lecture. Les instants où il faut trouver et utiliser des indices n’en sont pas moins intéressants, sans compter que le jeu dispose d’une poignée d’interactions, lorsqu’on doit télécharger une image, ou lorsqu’un message ou un mail arrivent.
De toute façon, il n’en fallait pas plus pour avoir toute mon attention. Je ne m’attendais pas à être aussi immergé dans le jeu, au point d’y passer la soirée, afin de ne pas me coucher, sans connaître le fin mot de l’histoire. Comme quoi, je suis capable d’autre chose que d’arracher des membres, avec Kratos.

Conclusion

Ce jeu qui n’a pas dû me coûter plus de trois euros s’est révélé être une belle expérience et un véritable coup de cœur. Sous son apparente « normalité », il aborde des sujets sérieux, voire délicats, comme la transidentité ; et il le fait avec une justesse immense. Le jeu est à la fois intelligent, engagé, et il prône, sans s’en cacher, la tolérance. Pour des raisons évidentes, je n’en dirai pas plus sur l’intrigue, mais si votre curiosité a été piquée au vif, n’hésitez pas, foncez ! Par ailleurs, si vous connaissez d’autres jeux aussi immersifs sur mobile, je suis tout ouïe.

Les plus

Les moins

Il est impératif de jouer sur mobile, pour que l’immersion atteigne son paroxysme.

L’écriture est terriblement réaliste.

Le petit jeu de piste est assez bien trouvé.

Une expérience extrêmement immersive et prenante.

Un jeu intelligent et engagé, qui appelle à la tolérance et l’ouverture d’esprit.

Une durée de vie relativement courte.

Un jeu hautement déconseillé à ceux qui n’aiment pas lire.

Vous n’êtes pas le héros de l’histoire, mais la personne qui consulte allègrement son téléphone.

Publicités