Thor est probablement le dieu nordique le plus célèbre, armé de son marteau Mjollnir
Après avoir expérimenté un jeu que je ne nommerai pas, (mais qui permet de contrôler un grand bourru, dont la hache est aussi luisante que le crâne, du moins lorsqu’elle n’est pas couverte de sang) ; j’ai diablement eu envie de me renseigner sur la mythologie nordique.
Pour être honnête, bien que j’ai vu quelques Marvel, je n’y connaissais pas grand chose, alors qu’elle est particulièrement intéressante ! Je vais essayer de vous initier à la mythologie nordique, avec toute la modestie de quelqu’un de novice en la matière.
Cet article s’inspire quasiment entièrement du livre « La bataille de Thor et autres légendes vikings » de Kevin Crossley-Holland, auquel je vous renvoie, pour plus de précisions. Je me suis aussi permis quelques recherches sur internet.
Le premier constat que j’en ai tiré, c’est que la mythologie nordique est moins épique qu’on ne pourrait le croire, ou qu’on ne voudrait nous le faire croire. Or, ce constat n’est en rien un jugement négatif de ma part. Simplement, il est fréquent que les légendes parlent davantage de paris et festivités paillardes entre Dieux, plutôt que de batailles grandiloquentes.
Autre fait surprenant, la mythologie nordique n’est pas seulement issue de la Norvège, de la Suède et du Danemark. Elle possède de nombreuses racines germaniques ; sans compter que les vikings lui ont permis d’élargir son territoire. Elle n’en demeure pas moins une mythologie méconnue qui a longtemps été oubliée. En fait, il faut attendre le dix-huitième siècle pour que les romantiques la redécouvrent en Europe.
Ian McShane dans American Gods : un borgne entouré de corbeaux, mais de quel dieu peut-il bien s’agir ?

Alors, cette mythologie, de quoi parle-t-elle ?
Il faut savoir qu’il existe deux types de divinités : les Vanes, les dieux les plus anciens, qui symbolisent la nature, la fécondité et la prospérité ; et les Ases, plus récents, qui sont particulièrement proches des divinités de la mythologie greco-romaine. Au reste, ces deux variétés de dieux tendent à se confondre, désormais.

Odin, ainsi que ses frères Vili et Ve, ne sont pas les premières divinités. Ils n’en demeurent pas moins ceux qui ont sculpté le monde, tel que nous le connaissons ; ou plutôt, tel que cette mythologie le voit.

Les futurs humains vivront à Midgard, parfois appelé la terre du milieu. Cela vous dit quelque chose ? C’est normal. Ce monde a la particularité d’être cerné par Jormungand, un serpent géant. Les dieux, quant à eux, vivent à Asgard. Il existe d’autres mondes, comme Svartalfheim, contrée des elfes obscurs, ou Niflheim, le pays des morts. Tous ces mondes sont reliés par l’arbre-vie. Il existe en tout neuf royaumes, dont vous trouverez une adaptation très intéressante dans le jeu God of War. En attendant, je vous laisse découvrir cette carte tirée du livre La bataille de Thor.

Un schéma des différents royaumes reliés par l’arbre-vie

Le livre permet vraiment de s’initier à la mythologie nordique, dans la mesure où il comporte également une liste des protagonistes les plus importants.
Parmi les dieux et déesses sont notamment cités Odin, le plus important des dieux, mais aussi ses enfants : Balder, Thor et Thyr. N’oublions pas Freyja, déesse de la fécondité, Heimdall, l’aïeul de l’être humain, ou Loki, le truqueur et changeur d’apparence. Et si vous vous demandez pourquoi Loki est si machiavélique : … Parce que !
La liste résume aussi les hommes « élus », importants, les nains notables, ou les trésors légendaires, sans oublier les géants et autres monstres qui apparaissent souvent dans les histoires. On peut citer Ymir, le premier géant, à partir duquel on aurait bâti le monde. Ou encore Sleipnir, le cheval à huit jambes d’Odin.

N’oublions pas Mimir, un vieux sage décapité, dont Odin ressuscite la tête pour en accueillir les bons conseils. Ouais… (God of War)

Maintenant que les bases sont posées, je vais survoler l’histoire de cette mythologie.
Je disais donc que Odin, Vili et Ve ont sculpté le monde. Mais vous êtes-vous déjà demandé qui sont le premier homme et la première femme, d’après la mythologie nordique ?
Il s’agit d’Ask et de Ambla. Ils auraient été conçus à partir de souches d’arbres.
Ce qui est fascinant avec la mythologie, c’est qu’elle essaie d’expliquer beaucoup de phénomènes terrestres, même s’il faut percevoir ces histoires comme des métaphores, et non la vérité brute. Ainsi, le jour et la nuit sont personnifiés, et sont deux individus à part entière, qui tournent autour du monde, sur des chariots.
Beaucoup d’autres choses sont personnifiées, comme le destin, l’être et la nécessité, incarnés par les trois nornes.

Fenrir Greyback (Harry Potter) porte le nom du loup qui est destiné à tuer Odin

Pour en revenir à l’être humain, il doit sa prolifération au dieu Heimdall, parfois surnommé Rig. C’est de lui que descendront les trois castes d’hommes principales : les esclaves, les paysans libres, et les seigneurs guerriers. Et aucun blogueur !
Le moins que l’on puisse dire est que la généalogie, comme dans n’importe quelle mythologie, est un joyeux bordel.
Par exemple, saviez-vous que Loki a eu, avec Angrboda, trois enfants monstrueux ? Il s’agit de la funeste Hel, du loup Fenrir (dont s’est inspirée J. K. Rowling pour Harry Potter), et du serpent Jormungard. Vous m’avez bien lu : celui qui entoure le monde de Midgard, rien que cela ! On connaît peu la mythologie nordique, qui a pourtant inspiré de nombreux auteurs, en terme d’onomastique. Je faisais allusion à Fenrir Greyback, mais J.R.R Tolkien n’est pas en reste. Ainsi, les légendes évoquent des nains baptisés Bifur, Bofur ou Nori, pour ne citer que ceux-là.

D’ailleurs, alors qu’aucun dieu ne parvient à emprisonner le dangereux Fenrir, les nains trouveront la solution. Ils sont des forgerons d’exception, qui parviendront à concevoir une chaîne capable de maintenir Fenrir captif.
Si vous voulez tout connaître des secrets de fabrication des nains, sachez qu’ils utilisent des ingrédients exceptionnels, tels le « bruit que mon chat fait quand il se déplace », la « barbe d’une femme » ou les « racines d’une montagne ».
Ainsi, les nains sont aussi à l’origine de Mjollnir, le célèbre marteau de Thor. Et pas n’importe quel nain, puisqu’il s’agit de Brokk, que l’on rencontre dans God of War.

Brokk, nain et forgeron de son état, apparait dans God of War

Mais si vous imaginez Thor comme un guerrier dont la puissance dévastatrice (et phallique) n’est plus à démontrer, détrompez-vous. Du moins n’est-il pas que cela. Ayons une petite pensée pour cet épisode mémorable durant lequel il se déguise en femme, et même en mariée, afin de récupérer son marteau auprès du voleur Thrym, le géant de glace. Loki n’est que trop heureux de pouvoir être sa demoiselle d’honneur !

Loki est, dans chaque histoire, vraiment malicieux et mesquin. Vous souvenez-vous de Balder, le fils d’Odin, rendu immortel suite à quelques prophéties de mauvais augure ? Les dieux avaient pour habitude de s’amuser à essayer de le blesser, en vain. Cependant, Loki trouva son point faible : le gui. Il fournit des fléchettes bien particulières à Hog, le frère aveugle de Balder, avant de l’inciter à tirer sur lui, pour prouver – une fois de plus – son invincibilité. Mais cette fois-ci, Balder tomba raide mort sur le sol, tué par son propre frère, à cause de la ruse de Loki.

Les légendes sont légion, aussi n’en ai-je fait qu’un rapide tour. On ne peut que terminer avec la mention du Ragnarok, prétendue fin du monde nordique. Elle se reconnaîtra à l’enchaînement de plusieurs hivers successifs (voilà qui me rappelle Westeros), mais aussi à la libération des esprits démoniaques, comme Fenrir ou son père Loki. Ce sera une époque de batailles, de feu et de sang. Jormungard, le serpent géant, dévastera la terre et viendra à bout du vaillant Thor. Fenrir tuera Odin lui-même, avant d’être assassiné. Il y aura toutefois des survivants, qui permettront une renaissance.

Loki est la preuve irréfutable que les êtres malaimés ont les cheveux noirs et très gras

Pour conclure, je vais mentionner quelques jeux vidéos s’inspirant de la mythologie nordique :

1986 – Dragon Quest : cette séries de jeux de rôle s’inspire régulièrement de l’univers mythologique nordique.
2001 – Max Payne : ce jeu d’action et de tir vous permet d’interpréter un policier vengeur, suite au meurtre de sa famille. Les références à la mythologie sont nombreuses. Par exemple, la drogue du jeu est appelée Valkyrie.
2008 – Tomb Raider Underworld : Lara Croft devra percer des mystères inspirés notamment de la mythologie nordique. Le joueur peut notamment débloquer le marteau de Thor.
2011 – Skyrim : Comme d’autres opus de la saga The Elder Scrolls, Skyrim s’inspire énormément de la mythologie nordique. Les villes sont gouvernées par des jarls, Bordeciel est peuplé de dragons, géants et autres créatures mythologiques.
2013 – Brothers A tale of two sons : ce jeu indépendant permettant d’incarner deux frères, qui doivent collaborer pour avancer dans leur odyssée ; s’inspire hautement de l’ambiance nordique.
2014 – The Banner Saga : ce jeu de rôle tactique vous emporte dans le monde des vikings.
2015 – The Witcher III : le sorceleur Geralt de Riv se confrontera notamment aux terribles nornes.
2017 – Hellblade, Sinua’s Sacrifice : Sinua pénètre dans le royaume de Helheim, afin d’essayer d’arracher l’âme de son défunt amant, aux enfers.
2018 – God of War : il s’agit du premier opus de la saga à préférer la mythologie nordique, à la grecque. Outre sa qualité indéniable, il est une initiation très pertinente à cette mythologie, bien que des libertés soient prises, au niveau des dieux et de leurs relations.

Jormungard, le serpent géant entourant Midgard, dans God of War
Publicités